Les elfes

Natara - - Univers

Les elfes ont été les tous premiers à arpenter Thedas, mais depuis qu’ils doivent se partager la surface avec les humains, ils ont pratiquement tout perdu.

Les elfes sont reconnaissables à leurs grands yeux, leur silhouette longiligne et leurs oreilles pointues. Leurs yeux brillent dans le noir et leur permettent d’y voir quand il fait nuit. Si certains elfes profitent encore d’une certaine longévité, ce n’est rien par rapport à la quasi-immortalité de leurs ancêtres et la plupart vivent à peu près aussi longtemps qu’un humain.

Les elfes évitent de se reproduire avec les autres races car cela contribue à la disparition de leur espèce : l’enfant d’un elfe et d’un humain est humain, l’enfant d’un elfe et d’un nain est un nain.

Le peuple des elfes est découpé en deux :

  • les Dalatiens qui parcourent Thedas à la recherche des vestiges du passé des elfes
  • les citadins vivant une vie de servitude dans les bas-cloitres que les humains leurs laissent dans les citées.

  1. Histoire
    1. Le premier peuple
    2. Début des ennuis, les humains apparaissent
    3. Marches Exaltées
    4. Il est temps de retrouver une vraie liberté (histoire récente)
  2. Culture
    1. Langue
    2. Panthéon elfique
  3. Un peuple divisé
    1. Les Dalatiens
    2. Les citadins
    3. Interractions entre les deux communautés

Histoire 

Le premier peuple

Nul ne sait exactement quand sont apparus les elfes, mais une chose est certaine, ils étaient là bien avant tous les autres peuples. La première date de leur calendrier, l’an 1 FA (Fondation d’Arlathan) est estimé comme ayant eu lieu plus de 4500 ans avant leur première rencontre avec les humains. En s’appuyant sur cette estimation, l’an 9 :40 de la chantrie (début probable de DAI) correspondrait à l’an 8439 des elfes.

Selon les légendes, les elfes étaient alors immortels et côtoyaient leurs dieux qui leur enseignèrent la chasse, l’utilisation du feu, des herbes, de la magie… Ils se nommaient alors « Elvhen » / « le peuple », et avaient un immense royaume nommé « Elvhenan »  / « La place du peuple ».  La capitale de ce royaume était Arlathan, une immense cité emplie de beauté et de magie.

retour au début

Début des ennuis, les humains apparaissent

Une légende elfe raconte que le dieu Fen’Harel, le dieu loup adepte de la tromperie, trouva un moyen d’emprisonner tous les autres dieux, bons comme mauvais, dans l’immatériel, au sein de la cité d’or. Les dieux ne pouvant plus entendre leurs prières et les protéger, ce fut le début du déclin des elfes.

L’apparition des humains ferait suite à ces événements, et après leur première rencontre avec les elfes, ces derniers perdirent leur immortalité et eurent tôt fait de les accuser.

Les elfes tachèrent d’éviter au maximum les humains, mais c’était peine perdue. Leur royaume était limitrophe avec l’Empire Tevintide, et les humains annexèrent le royaume, réduisant les elfes survivant en esclavage et ravageant Arlathan.

Les siècles passés sous le joug des humains réduiront à néant leur culture et leur histoire.

retour au début

Marches Exaltées

Quand Andrasté entama sa Marche contre l’Empire Tevintide et sa magie, elle était accompagnée de Shartan, un de ses disciples mais aussi un elfe. Se ralliant à Shartan, les esclaves elfes s’associèrent à la Marche et aidèrent à renverser l’Empire Tevintide.

En remerciement pour leur aide, les elfes furent libéré et on leur accorda même les terres se trouvant au sud d’Orlais : la Dalatie et leur nouvelle capitale devint Halamshiral. Ici, les elfes tentèrent de retrouver leur culture, et vénérèrent à nouveau leur panthéon de dieux. Beaucoup de traditions avaient été oubliés, et pour combler les trous ils en créèrent de nouvelles.

Si la situation semblait s’être grandement améliorée pour les elfes, ce fut malheureusement de courte durée. Les elfes se méfiaient toujours des humains, et ces derniers voyaient d’un œil mauvais le fait qu’ils croient en d’autres dieux que le Créateur. Les elfes créèrent une légion nommée les « Chevaliers d’Emeraude » afin de se protéger de toutes tentatives d’invasion des humains.

La tension ne cessa de monter jusqu’à ce qu’un commando d’elfes attaque un village humain. La Chantrie appela alors immédiatement une nouvelle Marche Exaltée, cette fois dirigée contre les elfes.

La Dalatie fut conquises après de multiples et terribles batailles.
Les elfes survivants furent bannis de la Dalatie, certains décidèrent alors de vivre en groupes, de préserver leurs traditions et de voyager à travers le monde à la recherche de leur culture perdue et d’un nouveau foyer, ils devinrent ce qu’on nomme les Dalatiens.
Les autre elfes, résignés à leur sort, s’installèrent dans les cités humaines, où ils vivent à présent comme des citoyens de secondes zones, dans des ghettos et n’ayant d’autres choix que de servir les humains.

retour au début

Il est temps de retrouver une vraie liberté (histoire récente)

*Attention, spoilers potentiels sur les romans ! Plus d’infos dans le roman ou notre dossier sur « The Masked Empire »*

A Orlais, les elfes d’Halamshiral mécontents d’être considérés comme un sous-peuple dans ce qui était jadis la capitale des elfes se rebellèrent peu avant le début de la guerre des mages. L’assassinat d’un des leurs par un noble humain mettra le feu aux poudres et une force se mettra en place pillant des convois et cherchant à reprendre la ville par les armes.

L’impératrice Celene, bien que réticente à cette idée, écrasera très vite la rébellion en incendiant tout le quartier elfique d’Halamshiral. Dans les événements qui suivirent, son amante et servante, Briala, parviendra à rentrer en possession des pleins pouvoirs sur les Eluvian, les miroirs magiques qui permettaient aux elfes de se déplacer très rapidement d’un point à l’autre de Thedas.

Briala s’est donné comme objectif d’utiliser les eluvians pour organiser et unir les elfes citadins, afin qu’ils aient les moyens de retrouver leur liberté… Est-ce que cela se fera par les armes ou d’une autre manière ? Les événements de l’Inquisition nous l’apprendrons peut-être…

retour au début

Culture

Langue

La langue des elfes est en grande partie perdue, les citadins n’en connaissant parfois pas un seul mot, et les dalatiens n’en ayant qu’une connaissance limitée. Ces derniers utilisent par contre au maximum tout le vocabulaire qu’ils connaissent, afin de ne plus rien en perdre.

Abelas être désolé Andaran atish'an salutations à un ami ou un autre elfe
Aravel désigne à la fois les chariots bardés d’étendards des dalatiens, mais aussi le fait d’accomplir un voyage physique et spirituel. Banalhan "le lieu du néant" désigne un enclin ou le point de départ d’un enclin
Bellanaris  l’éternité Dareth shiral Expression utilisée pour se dire "au revoir"
Da'len "Petit enfant", aussi utilisé par un enseignant/maitre à penser envers son apprenti Din la mort / les morts
Durgen’len "les enfants de la pierre", désigne évidemment les nains Enasal le soulagement après avoir triomphé malgré des pertes
Hahren "Ancien", désigne le chef dans  les bas-cloitres Harel piéger ou trahir, Fen’Harel est le dieu de la tromperie et Harellin désigne un escroc/un voleur.
Lath l’amour de vivre et l’amour tout court Nadas un événement inévitable, qui se devait d’être, le destin
Revas la liberté (ma) serannas Merci (infiniment)
Shemlen / shem désigne les humains, terme insultant faisant référence à leur courte vie et à leur supposée responsabilité dans la perte d’immortalité des elfes Solas la fierté
Sulahn’nehn se réjouir, la joie Suledin endurer les pertes et la douleur et y puiser sa force

retour au début

Panthéon elfique

Une grande partie du culte des elfes a été oublié depuis leur esclavage, mais les Dalatiens font tout leur possible pour le restaurer.

Plus de détail sur le culte des elfes dans le dossier religion.

retour au début

Un peuple divisé

Les Dalatiens

Les Dalatiens sont les elfes qui refusèrent de vivre dans les cités humaines après leur défaite contre la Marche Exaltée en Dalatie. Ils se sont organisés en multiples clans nomades, vivant à l’écart des hommes, souvent dans les forêts, et refusant leurs lois.

Les clans Dalatiens sont généralement de petite taille, ne regroupant parfois que des membres d’une même famille. Chaque clan a à sa tête un sage, souvent mage et encore plus généralement parmi les plus âgés du groupe, connu sous le nom d’ « Archiviste ».

La plupart des Dalatiens sont issus de familles nobles de Dalatie, et bien que leurs titres soient perdus, ils gardent leur fierté et leur sens du devoir. C’est pourquoi les Dalatiens se sont donné le rôle de gardiens du savoir elfique, préservant l’ancien savoir des elfes et cherchant ce qui a été perdu.

Tous les adultes Dalatiens se tatouent le visage, cette tradition appelée vallaslin (écriture de sang) sert à les identifier et à marquer leur attachement aux anciennes traditions.

Pour voyager, les Dalatiens utilisent de grands chariots, appelés Aravel, richement décorés de gravures et étoffes de soie. Ces soieries sont généralement les anciens étendards de la famille noble à l’origine du clan. Les chariots sont tirés par des hahls, des créatures semblables à des cerfs mais complètement blanches. Ces animaux sont domestiqués par les elfes depuis l’époque d’Arlathan, puis ont servi de monture aux Chevaliers d’Emeraude en Dalatie.

Il est très rare que les clans se rencontrent, chaque groupe s’occupant avant tout de lui-même. Cependant, tous les 10 ans, les clans se retrouvent tous pour un événement nommé « Arlathvhen » (pour l’amour du peuple). Lors de ces rencontres, ils s’échangent tout le savoir qu’ils ont pu retrouver, se remémorent le passé des elfes… C’est également l’occasion de sortir un peu de leur solitude et d’échanger des nouvelles.

retour au début

Les elfes citadins

Les elfes citadins ont tous en commun de vivre dans les cités humaines et d’y avoir un statut inférieur à celui des humains. Ils vivent généralement dans un bas-cloitre, un quartier séparé du reste de la ville par des murailles, où ils peuvent être enfermés si le besoin s’en fait sentir. Dans les bas-cloitre, pauvreté, mendicité, banditisme et criminalité règnent.

Il n’y a pas vraiment d’organisation dans les bas-cloitre, chacun luttant déjà pour sa propre survie. Cependant, généralement, la personne la plus âgée est désignée comme représentant de la communauté auprès des humains et exerce une certaine forme d’autorité.

Selon le pays ou même la cité où ils se trouvent, la situation des elfes peut varier, certains ayant un meilleur confort de vie que d’autre.

Les plus mal lotis sont les elfes vivant à Thevinter, car ils sont bien souvent en esclavage et dans le pire des cas sujets d’expériences de certains mages.

A Val-Royaux, il n’est pas rare que les elfes soient au service de familles nobles, voire de l’impératrice. Ils n’ont pas le droit de porter de masque ni du coup de se montrer en public, œuvrant dans les cuisines ou les pièces où personne ne se trouve. Dans de très rare cas, un servant elfe aura le droit de porter un masque et c’est là un immense honneur qui le met presque à égalité avec les humains. Tous ces servants demeurent généralement dans la résidence de la famille qu’ils servent et bénéficient ainsi d’un bon confort de vie. Mais Val-Royaux possède aussi son bas-cloitre qui est un véritable ghetto, près de dix milles elfes y vivent dans un espace grand comme le quartier marchand de Dénérim.

Halamshiral est une cité particulière, ancienne capitale des elfes, il y a plus d’elfes dans la cité que d’humains ! Les elfes qui y vivent aiment à dire que ce sont les humains qui sont enfermés dans les Haut-Quartiers plutôt qu’eux dans le reste de la ville. Certains nobles exercent cependant de nombreuses exactions à l’encontre ce qui mènera à leur soulèvement et à la destruction des quartiers elfes par l’Impératrice Celene au début de la guerre civile Orlésienne.

Dénérim, capitale du royaume de Férelden, fut très sévèrement touchée par l’attaque de l’archidémon lors du 5ème enclin. Le quartier elfe pu être évacué à temps grâce à l’intervention du garde des ombres. [Selon la personnalité du garde des ombres et les choix du joueurs la situation des elfes à Dénérim est assurée ou non de s’améliorer.]

A Kirkwall, les elfes vivent dans le second quartier le plus pauvre de la ville, après les bas-fonds. Comme ailleurs, leur situation n’est pas enviable, mais ils se réjouissent d’avoir le lieu le plus accueillant des bas-quartiers de Kirkwall, le vhenadahl (arbre du peuple) est le seul arbre des environs.

Il existe bien d’autres bas-cloitres, brièvement cités dans des livres ou au cours de rencontres, à Amaranthine, Gwaren, Golefalois…

retour au début

Interaction entre les deux communautés

Les elfes citadins et les Dalatiens ne se rencontrent pratiquement jamais. Pour les premiers les Dalatiens relèvent presque de la légende. Pour les seconds, les citadins ne font pas parti de leur peuple, ayant renié leur culture et leur liberté pour vivre avec les humains.

Parfois, un elfe citadin s’enfuit du bas-cloitre et peut trouver refuge dans un clan Dalatien, mais ces derniers ne sont pas toujours prompt à accepter un étranger dans leurs rangs et il faudra montrer sa valeur pour être réellement accepté. Les mages elfes qui s’enfuient pour rejoindre les Dalatiens sont plus facilement acceptés car ils mettent leur magie au service des elfes et non pas du Créateur et de la Chantrie.

Dans de très rare cas, un elfe Dalatien peut être banni de son clan ou tomber amoureux d’un humain, il s’en ira alors de son clan pour trouver refuge dans un bas-cloitre.

retour au début


© 2017 - Powered by e-cms - Dragon Age™ trademarks are the property of EA and BioWare - Hébergé par NitroServ