David Gaider explique sa vision du conflit mage-templier

Natara - - 9 commentaires - News
image
Sur son tumblr, David Gaider (lead writer) explique sa vision du conflit entre les mages et les templiers.

Il répondait en fait à "DragonAgeConfession", un autre tumblr dédié lui aux réactions des fans qui y donnent leurs anecdotes sur le jeu ou leur avis sur le scénario ou les personnages.

La réaction était la suivante : "A la différence d'Asunder, les jeux permettent trop facilement d'oublier à quel point la magie est dangereuse et crainte, et pourquoi les mages requièrent un entrainement spécial car ils ne sont pas comme les autres. J'espère que dans Dragon Age Inquisition on verra mieux à quel point la situation est compliquée et que des plans tordus pour une révolution ne sont pas la seule réponse correcte, même si les cercles sont brisés. Cette complexité est bien plus intéressante que la simple idée d'un combat pour la liberté des mages."

Voici la réponse de David Gaider, traduite par notre chère traductrice Tearexx.


Je ne crois pas qu'on ait déjà présenté l'idée d'une révolution de mage comme étant la meilleure réponse avec une fin forcément heureuse. Il y a toutefois, quelques petites choses qui compliquent cette révolution.

Premièrement, la ségrégation entre le lore et le gameplay. C'est quelque chose que nous avons essayé de régler, mais finalement, un joueur mage (ou les autres mages dans l'équipe) ne rencontre pas vraiment les mêmes problèmes que les autres mages, en général, rencontrent. Ils ne sont pas manipulés ou possédés par des démons, ils ne perdent pas le contrôle de leurs pouvoirs et ne sont pas tentés…Ou bien, lorsque cela arrive à un membre de l'équipe, certains pensent que c'est le résultat de leurs décisions irréfléchies et leur stupidité.
Ce qui n'est pas une conclusion complètement irraisonnable, sachant que le joueur mage n'a jamais ces problèmes et peut toujours se sortir d'une telle situation simplement en faisant un choix.

Pourrions nous forcer le joueur à rencontrer ces difficultés ? Nous pourrions, et peut être nous en arriverons à ça. Toutefois c'est un problème d'agencement, qui est lié au gameplay. C'est pour la même raison que les joueurs Templiers n'avaient pas besoin d'être dépendant au lyrium, ou que les membres qui n'étaient pas garde des ombres dans DAO ne se faisaient jamais contaminer par le sang des engeances malgré leurs nombreuses rencontres avec celles-ci. Ils en ont de la chance !

C'est quelque chose dont nous avons discuté (et dont nous discutons), mais les besoins du gameplay ne sont pas facilement mis de côté ; à moins que l'histoire ne se concentre sur le problème (quand le scénario tourne autour de ça, comme dans Asunder) c'est difficile d'avoir un impact significatif sur le joueur avec des problèmes comme celui-ci.

Deuxièmement, la notion de liberté est très ancrée chez les joueurs : en particulier ceux qui vivent dans une société occidentale. Les personnages et le monde autour du joueur sont liés aux problèmes et préjudices inhérent  du conflit, mais je pense que même si on faisait en sorte que ces choses touchent le joueur plus personnellement l'attitude de beaucoup d’entre eux seraient toujours celle par défaut : liberté égale bien et oppression égale mal. Peu importe les problèmes rencontrés.

Est-ce une façon simpliste de voir les choses ? Peut être. A mon avis, une partie du problème, c'est que les gens assimilent ces problèmes d'oppression au monde réel : ce qui est normal, c'est une analogie voulue, sauf que beaucoup semblent oublier ou ignorer les différences. Les gens dans la vie réelle ne lancent pas de boules de feu, ne se transforment pas accidentellement en abomination, et ne font pas de pacte avec des démons. Ça ressemble plus à un problème de contrôle des armes à feu ; comme s'il y avait des gens avec des armes qui pouvaient soudainement se mettre à tuer des innocents par accident, et ils ne pourraient être désarmés qu'avec une lobotomie. L'idée d'une société qui n'essaierait pas de se protéger, même si les incidents sont rares, c'est ignorer le fait qu'une société réagit bel et bien aux problèmes dans le monde réel…Même celles qui n'ont pas de boules de feu ou d'abomination.

Pourquoi feraient-ils ça ? Parce que les mages ne sont pas des armes, ce sont des gens. Et il est beaucoup plus facile de sympathiser avec les gens emprisonnés qu'avec ceux qui les emprisonnent ; en particulier quand la cause de ceux qui emprisonnent est alimenté par une morale. Le fait que leurs actions soient motivées par une cause compréhensible n'implique pas qu'elle soit appréciée, ni n'excuse les préjudices causés.  On pourrait dire qu'il y a des faits historiques (et actuels) dans Thedas qui montrent que laisser des mages libres mènerait à toute sorte d'horreurs…Mais tout le monde ne prête pas attention à l'Histoire. Ça pourrait toujours être différent cette fois.

Ou pas ? C'est la nature du débat, dans le monde de Thédas et en dehors.

Je trouve cela un peut étrange qu'une des questions qu'on me pose le plus souvent est pour quel côté du conflit Mage-Templier je me range. La réponse, évidemment, est que je ne suis pour aucun des deux…Ou plutôt, je suis pour les deux.
J'ai besoin de les comprendre, parce que si je ne peux pas construire un argument pour soutenir un côté que quelqu'un de rationnel pourrait trouver, alors ce n'est pas un très bon argument. Heureusement je le peux, alors voilà pourquoi je suis pour les deux.

J'imagine que beaucoup n'en croirons pas un mot, ils préféreront croire que suis plus pour un côté qu'un autre ; chacun influencés par ses propres préférences, tout comme ces préférences influencent la façon dont ils voient les arguments des autres. Et c'est très bien.
J'ai hâte de vous montrer ce que nous faisons dans Inquisition, bien que si quelqu'un pense que l'histoire tourne entièrement autour du conflit Mage-Templier, il aurait tort. C'est une grosse partie du jeu (comme n'importe qui a le droit de l'espérer) mais il s'y passe beaucoup plus de choses. Je dis ça comme ça.

Commentaires

Merci pour cette traduction, c'est vraiment un bel éclairage et une belle explication de la part de Gaider, lire ceci me fait un peu relativiser ma position de "pro-mage" et me fait dire que tout est beaucoup moins manichéen que j'ai tendance à le croire durant mes parties... !
Net c'est un sacré boulot :)

Sinon je suis contente je crois que c'est la première fois (ou alors je me souviens plus xD) que je vois l'avis d'un des membres du staff a ce sujet, et je dois avouer que je suis plutôt (voir complètement xD) d'accord avec lui ^^ (pour ça que je suis jamais ni totalement pro-mage/ni totalement pro-templier xP).
C'est un peu pour ça que je surveille le tumblr de David Gaider (et aussi parce que je suis fan de ses écrits), il y met souvent des commentaires intéressants sur comment il a conçu l'univers de Dragon Age. On partagera très certainement d'autres de ses remarques ;)
Faudra que j'aille jeter un coup d’œil alors ^^ (et pour les bouquins je crois que maintenant je sais ce qui me reste a faire :p)
Il dit être pour les deux côtés, alors elle est où notre troisième option dans DA2? Dire non aux mages et aux Templiers, éjecter Meredith La Terrible et devenir Vicomte et régler ce fatras avant que ça ne tourne en bain de sang et que finalement on ait à se farcir les deux camps à la suite. Il n'y a rien à faire, la fin de DA2 a toujours été indigne d'un jeu de Bioware, quoi qu'ils en disent. J'espère qu'ils ne feront pas pareil pour DA:I. Et EA? Back the fuck off! (vous pensez qu'ils vont me lire?)
Gilthonniel - 07/10/2013 11:04
C'est clair!J'aurais tant aimé pouvoir dire aux mages et aux templiers d'aller tous bien se faire voir , et je me serai cassé avec Isabella sur son bateau! voila!
C'est clair que ça aurait été la meilleure fin alternative du jeu, se barrer avec Isabela sur son bateau ou faire le tour du monde des bars avec Varric  8)
sergueil-15 - 21/12/2013 6:36
Moi aussi je me serait barrée avec Isabella sur sont bateaux, et je les aurait laisser ce démerder tout seul .J'ai regretter que dans Da 2 il n y est pas eu plus de choix ,j'aime pas quand c'est scripter comme ça.
J'aime beaucoup ce que dit David Gaider par rapport au gameplay, peut être le facteur le plus important qui influence la pensée des rôlistes mages, quand ils sont si persuadés que la magie n'est pas si dangereuse qu'on veut le faire croire.

Aucun d'eux n'a jamais de problèmes avec sa magie quand ils jouent à dragon age. Le personnage principal n'a jamais eu de problèmes. Le mage est puissant, et stable, et stoïque. Les joueurs n'expérimentent pas les tourments, les aléas que peut provoquer la magie, n'endurent pas les faiblesses qui résultent de sa puissance attirant la convoitise du malin. Du coups, les arguments sécuritaires apparaissent surtout comme de la propagande, ou comme une grosse énormité à leur yeux, ce qui est je crois un peu normale comme réaction.

Evidemment, ça fait un peu tâche en effet, " moi je suis mage, j'ai pas de problème, je suis mage de sang, j'ai pas de problèmes, mais tout le monde veut me faire croire que si, je peux être dangereux et avoir des problèmes, sans que j'en ai jamais pu le ressentir par moi-même... "

Certes, on a des tas d'exemples de mages qui déraillent, mais quand on est jamais soi même préoccupé par ce genre de tourments, ce  n'est pas facile d'adopter un point de vue critique.

Surtout que les pauvres conditions d'un mage, ça au contraire, ils les ressentent de plein fouet en tant que mage dans leur histoire. C'est pourquoi les idéaux prennent rapidement le pas sur les dures réalités qui les entourent. Ils vivent eux-mêmes des injustices sociales, mais certains aspects dans l'expérience de la magie sont en même temps discriminés. Ce qui est dommageable à un raisonnement d'ensemble qui souhaite prendre en compte tous les facteurs et les étudier pour en ressortir une analyse subjective mais globale. J'espère qu'ils changeront ça à l'avenir.

Ajouter un commentaire
© 2017 - Powered by e-cms - Dragon Age™ trademarks are the property of EA and BioWare - Hébergé par NitroServ