Dragon Age : Asunder a le droit à son dossier

Natara - - 7 commentaires - News
image
Parus en fin d'année 2011, Dragon Age Asunder est à l'heure actuelle le dernier roman écris par David Gaider sur l'univers Dragon Age.
Rappelons qu'ils se consacre à présent à l'écriture de comics mettant en scène Alistair en quête de ses origines, et évidemment le scénario de Dragon Age : Inquisition.

Se déroulant un an après les événements de Dragon Age 2, Dragon Age : Asunder donne l'occasion au lecteur de découvrir l'ensemble des événements ayant mené à la guerre des mages. Cette fois Wynne, notre amie soigneuse de Dragon Age : Origins, est à l'honneur, ainsi que les mages et templiers de Val Royeaux.

Bonne lecture !

Article lié : http://www.dragonagesaga.com/roman_dragon_age_asunder-news-22.html

Commentaires

Le double-post c'est mal, mais jusque là j'ai été factuel, je vous livre donc ma critique personnelle :)

Les événements de Kirkwall n'étaient qu'un début, une preuve qu'il ne pouvait pas y avoir de "milieux" entre les mages et les templiers. Et suite à cela, les templiers sévissent plus durement encore contres les mages de tout Thedas.
Mais il faudra encore plus d'un an avant que la guerre ne se déclare réellement, et biens des événements... C'est ce que nous conte Dragon Age : Asunder, qui fera très certainement le pont entre les événements de Dragon Age 2 et Dragon Age 3.

L'intrigue est une fois de plus passionnante, dans un registre moins épique et plus tortueux (un peu comme DA2).
Dans The Calling, on a des combats contre des hordes d'engeances, un dragon, une longue phase dans l'immatériel et uniquement le complot de l'architecte (qui est quand même vraiment sympa).
Ici, on a des complots de mages, des complots de templiers, des complots de la Divine, la guerre civile Orlésienne qui s'amorce, l'histoire de Rhys qui est ballotté au milieux de tout ça, et peu de fresques guerrières, à part sur le final et une partie dans l'immatériel.

Il est fort plaisant de retrouver de nombreuses personnes croisées dans Dragon Age Origins, et de découvrir des protagonistes qui auront sûrement leur mot à dire dans la suite des jeux.

Chaque personnage a son lot de choses à cacher, sa propre intrigue et ils réussissent ainsi souvent à nous surprendre. Il n'y a pas de grandes révélations sur les différentes composantes de l'univers : engeances, chantrie... Mais apprendre comment la guerre mage-templier s'est déclarée n'en est-elle pas une suffisante?

A lire pour tout fan lisant anglais, pour les autres, la section spoiler du dossier est faite pour vous.
Merci encore pour ce dossier passionnant !

Sait-on si le lire va être traduit un jour (genre les droits ont été acquis par une maison d'édition française) ?
Je sais qu'Asunder et The Calling ont eu droit à leur version allemande... mais il n'y a eu aucune annonce de la part d'éditeur français, peut-être que Milady (le trône volé) le fera.
Ils sont tout de même sortis il y a déjà 2 ans pour l'un et 3 ans pour l'autre, alors que Milady avait édité le trône volé seulement 6 mois après sa sortie, il y a donc de quoi douter.
Gilthonniel - 27/01/2013 17:10
Ils sont compliqués à lire en anglais, ou ça va? Parce que j'ai vraiment envie de les lire et ne me voit pas attendre des années la version française XD.
Très bon dossier en tout cas Natara, ça met l'eau à la bouche =)
{Spoiler}


Ne pas lire si vous souhaitez vous réserver le suspens avec ce roman.

J'ai donc lu le livre Dragon age Asunders. Mon livre préféré reste toutefois The stolen throne, avec des protagonistes énormes comme Marric, Rowan et Loghain. The Calling aussi avait cette atmosphère incroyable, et tout le background des darkspawn m'a évidemment émerveillé !

Pour en revenir à Asunders, une très bonne histoire dans l'ensemble qui apporte son lot de complexité à la gué-guerre mage / templier. Le point fort de ce livre, c'est qu'il fait moins jeu vidéo et paraît plus organique dans son déroulement écrit. Je tiens à prévenir que je ne suis pas Pro-templier, en dépit de mon texte. J'ai toujours été neutre, indépendant d'esprit, et je rappelle que je sauve les mages dans DAO et DAII. Je m'emploie de mon mieux à rester objectif dans mon opinion même s'il y aura toujours un peu de biais.

Ainsi donc, j'ai été déçu par la fin du roman. Il a été répété plusieurs fois que les templiers sont la terreur des mages, rien de tout ça n'a vraiment été démontré. On a pas vu comment cette organisation pouvait protéger efficacement les gens du commun. C'est dommage. J'ai eu la vague impression que les templiers pouvaient tous être mis K.O d'un claquement de doigt face aux mages, sauf Lord Seeker. Moi j'aurais peur si ces gars boursouflés constituaient ma seule défense...

Les templiers dans le livre paraissent aussi extrêmement incompétents, ils sont bons uniquement pour agir de manière violente, s'en prendre à des mages pour le plaisir, et obéir à leur chef. Un tel tableau manichéen, de la part de David Gaider m'a un peu stupéfié je dois l'avouer. Rien pour contrebalancer cette image un peu enfantine à la Harry potter, ou les serpentards sont tous bêtes, inutiles, violents, et cyniques, et les Griffondor des êtres courageux, bons, honorables, populaires, etc etc... Sans aller dans la polémique, on se penche énormément sur les mages et leur perspective, comme pour nous forcer à sympathiser à leur cause...

Mais côté templier et leur perspective ? Rien, que dalle, nada. On a des soldats sans voix, sans opinions, sans profondeurs qui apparaissent à peine pour jouer leur petit rôle, de bouseux je le rappelle. ( De toute évidence, Evangeline est censée incarner le " bon templier héroïque et efficace " , mais elle ne l'est pas et je le dis pourquoi un peu plus loin ). Je les appelle les soldats, A, B, et C. Tous des abrutis finis sans substance qui obéissent gentiment à leur chef. Vraiment ?

Sincèrement après avoir lu ce livre, je me demande qui ne peut pas mépriser les templiers ? Si le but de Gaider était de détruire ce qui les rendait si intéressants, et bien c'est réussi ! J'espère qu'ils vont relever le niveau dans DAI. Y a strictement rien à défendre là dedans, tellement la présentation qui en est faite est risible. Il n'y a rien de bon chez les templiers. S'ils avaient été écrit comme ça dans DAO, alors jamais de la vie je n'aurai défendu en toute rationalité ces gars là. Je me serai dit, ce sont simplement des crétins, violents, des bons à rien. Mais c'est pas le cas, dans DAO on avait quelque chose de plus complexe, que  les opprimés contre les oppresseurs. Dans DAO on avait quelque chose de fantastique, de sérieux, de passionnant, qui force à réfléchir, à hésiter. Et c'est ça qui est le plus ennuyeux. Avoir goûter à quelque chose avant de le voir disparaître. Là moi ça m'a rien évoqué du tout dans Asunders.

Bref, j'ai ressenti du début à la fin que ce livre était uniquement la perspective pro-mage et ça ne m'a pas plu. Maintenant les personnages :

Je n'ai pas aimé la divine. Une traîtresse à la chantrie. Incliner vers des réformes, aider les mages est terriblement la bienvenue. Mais supporter ces derniers velléïtaire à combattre les templiers, ceux qui servent la chantrie ? Son bras armé ? Incompréhensible. La Divine, soutenir les mages à devenir une entité indépendante ? Ugh ! Elle mérite que le mépris de ma part et d'être exécutée par le peuple orlésien pour avoir si lamentablement failli à sa tâche. Est-ce qu'elle est même consciente de la bombe qu'elle a relâchée ?

Leliana : Je l'aime bien en général, mais dans le livre, je me suis quand même interrogé sur son  intérêt. Est-elle seulement utile pour aider la Divine ? Que pense t-elle vraiment ? On en sait pas grand chose. Elle est là, c'est tout.

Alors Evangeline. Mais quelle idiote celle là ! C'est incroyable comme toutes les femmes de ce roman ( sauf Wynn ) sont nullissimes ! ( à mes yeux ) Je la déteste ! Au début elle paraissait cool, mais elle est stupide, naïve, inconsciente, totalement aveuglée par une moralité complètement déplacée et hors des réalités. Mais qu'est-ce qu'elle fout chez les templiers cette cruche au grand coeur ? C'est un bon soldat entraîné, mais c'est un mauvais leader, un templier inapte, inefficace, avec le mauvais état d'esprit. Elle n'a aucune compétence à chasser le mage du sang et les abominations, maîtres des manipulations, de la tromperie et des mensonges, dans un univers terrible où votre plus proche ami peut devenir votre pire ennemi en un tour de main, d'un claquement de doigt. Elle n'a aucune compétence à protéger le peuple efficacement ni à voir de manière rationnelle où est l'intérêt des gens du communs au coeur de l'action. Si tous les templiers étaient comme elle, le monde serait perdu !

Elle aurait dû être un chevalier qui répond bien plus à sa vocation et ses aspirations, car c'est un templier incompétent. Un bon templier doit avoir de la compassion pour les mages, se faire un devoir de les protéger, de les soutenir. Mais il doit aussi être dévoué à l'humanité, à tous ces innocents du communs vulnérables et impuissants face aux mages, à la dangerosité de leur pouvoir, à leur puissance dont ils pourraient se servir à des fins cupides, à leur vulnérabilité aux démons. Il doit s'établir une balance parfaite entre les deux pour faire correctement son devoir. Un templier doit être vigilant, ne jamais se laisser guider uniquement par les sentiments, surtout exigeant envers lui-même et envers les mages. Elle a supporté Rhys dans sa volonté de combattre les templiers, contre la pensée loyaliste. Je n'arrive simplement pas à le croire ! Je suis tombé sur la tête à la fin ! Elle n'est plus une templier dans l'âme, elle a trahi la cause. Et aux côté de qui s'est-elle engagée sans même y réfléchir à deux fois à la fin ? LA FRATERNITE LIBERTAIRE ! Ces foutus mages rempli de fanatiques hargneux et irrationnels, des va-ten guerre, de psychopates défendant avec ardeur l'emploi de la magie du sang, d'individus qui regrettent les temps passés où les mages avaient le pouvoir sur les gens ! Honte à elle.

Alors soyons honnête, c'est une bonne personne, un bon soldat, mais elle ne sait pas ce que ce job requiert, sauf la compassion ( auveugle ) pour les mages qu'elle possède déjà. Elle ne sait pas à quel point ce job est difficile, le contrôle sur soi qu'il exige, c'est une juste une personne idéaliste. Elle est totalement manipulable par les sentiments, peut être aisément trompée à n'importe quel moment par un mage de sang où les ficelles qu'il tire. Elle a laissé ses sentiments pour Rhys altérer si facilement son esprit que c'en fut pitoyable. Il est facile de voir en elle, une femme badass, mais il n'en est rien. Elle n'a jamais eu à prendre de décisions difficile dans tout le roman. Elle s'est uniquement laissée emportée par ses sentiments, et les grands élan de son coeur. Elle est inexpérimentée, ça se voit qu'elle n'a jamais vécu ce genre de choses, voir des mages tourner en démons. Ce sont juste des petits innocents, pauvre petits, houra houra, ça s'arrête là. Elle est coincée dans des principes de coeurs obsolètes. et le fait qu'elle défend Cole malgré ses meurtres... hum...

Adrian et Fiona
: Antipathiques personnages jusqu'à l'os, pas un brin de charisme et qui ne m'ont pas impressionné par leur intelligence non plus... Alors Adrian, une vraie fofolle délirante, et Fiona n'est pas loin derrière... Elle m'avait déjà insupportée dans the Calling ( sa façon puérille de se comporter avec Maric m'avait donné envie de lui tordre le cou... ), ça ne s'est pas arrangé dans Asunders.

Wynn : est le seul personnage que j'ai apprécié. Et ça m'a tellement énervé qu'elle meurt pour sauver Evangeline que j'ai arrêté de lire un moment avant de reprendre.

Bref, sentiments ambigus à propos de ce livre...
*attention spoiler*

Je pense que la vision très pro-mage du livre viens beaucoup du fait que le récit se passe du côté des mages : on suit avant tout les aventures de Rhys, Wynn et Evangeline (qui certes est une Templier mais est comme tu le dit très encline à défendre les mages).
Du coup les mages se sentent opprimés et ne voient les templiers que comme des tortionnaires et c'est ce qui transparaît dans le récit.

Pour ce qui est de l'incompétence des templiers, je ne partage pas complètement ton avis. Ils ont les compétences techniques : ils sont quand même capable de tuer/mettre sous les verrous le concile des mages qui regroupe tout de même les mages les plus importants de Thedas (hors Tevinter). Par contre pour ce qui est de la capacité de jugement, c'est vrai qu'ils apparaissent comme pas très malins à suivre les ordres du lord seeker à la lettre... Mais en même temps c'est ce qu'on te demande dans l'armée (l'insubordination c'est classe et ça fait des personnages badass, mais en vrai c'est plutôt mal vu) et quand on voit le sort qu'il réserve à ceux qui lui désobéissent... bah ça donne pas envie de désobéir.

Ensuite, je pense que le "système" s'est brisé : les mages ne supportent plus leur captivité (choisie, à la base, par eux même suite à la première inquisition), les templiers deviennent parano et renforcent les mesures de répression (surtout après l'attentat d'Anders) et on entre dans un cercle vicieux où la situation se dégrade jusqu'à l'explosion. Templier comme mages deviennent de plus en plus violents avec des recours à des méthodes de moins en moins "humaines".

C'est un peu le même problème qu'il y a avec Meredith dans DA2 : on voit quelques templiers qui essaient d'être un peu compatissants, mais les autres suivent aveuglément ou presque les ordres de cette démente corrompue par le lyrium rouge.

Quant au choix final d'Evangeline, elle ne se range pas du côté des Libertaires et ne se considère plus à ce moment là comme templier. Elle dit à Rhys de faire son choix et elle le suivra, quel qu'il soit. Rhys choisit la voie de la liberté (et de la guerre) qui est celle des Libertaires, mais c'est en tant qu'Aequitorien qu'il fait ce choix. L'autre perspective c'était de voir la moitié des mages exécutés et l'autre moitié transformé en apaisé, je pense que le choix est vite fait... surtout quand on est mage.

Je pense que la vision très pro-mage du livre viens beaucoup du fait que le récit se passe du côté des mages : on suit avant tout les aventures de Rhys, Wynn et Evangeline (qui certes est une Templier mais est comme tu le dit très encline à défendre les mages). Du coup les mages se sentent opprimés et ne voient les templiers que comme des tortionnaires et c'est ce qui transparaît dans le récit.

Hum, c'est vrai ce que tu dis. Vu comme ça... on peut certainement montrer un peu plus d'indulgence face à ce format. En tout cas ça m'a vraiment frappé, pas cessé de m'en étonner. J'imagine même pas ce qu' à dû ressentir un pro-templier convaincu en lisant le roman. Il a dû grimacé tout au long du récit. XD

Par contre pour ce qui est de la capacité de jugement, c'est vrai qu'ils apparaissent comme pas très malins à suivre les ordres du lord seeker à la lettre... Mais en même temps c'est ce qu'on te demande dans l'armée (l'insubordination c'est classe et ça fait des personnages badass, mais en vrai c'est plutôt mal vu) et quand on voit le sort qu'il réserve à ceux qui lui désobéissent... bah ça donne pas envie de désobéir.

Mais j'aurais aimé qu'on en montre certains qui soient professionnels dans leur boulot. Puis quitte à montrer qu'ils sont très disciplinés, très enclin à obéir aux ordres, nous exposer aussi qu'ils soient capable de réflexion sous leur casques. Il aurait été bien de développer un minimum sur l'humanité de ces gens, décrire leur sentiment dans l'inconfort de leur position. Nous faire entrevoir leur perspective à eux aussi. Au lieu de ça on a quelque chose de passablement réducteur. Ils ont même pas de noms pour la plupart. :/ Mais comme tu l'as dit plus haut, on suit l'aventure et la perspective de pro-mages, donc peut être que c'était difficile à implémenter... Que c'était le but.
___

Enfin pour Evangeline, certes, mais je m'attendais à autre chose. Elle suit son rhys par amour en toute inconsidération des conséquences des choix qui pourraient être fait, et c'est là ou le mât blesse. Du début jusqu'à la fin, elle n'aura été régie et dictée que par ses sentiments. Si Rhys décidaient de rejoindre les libertaires, mains dans la mains dans leur guerre ? Trouverait-elle à redire ? Etant donné son comportement, je n'ai aucun doute sur la réponse personnellement. Le même résultat. Evangeline n'a jamais compris ni relevé le danger que représente les mages, obnubilée par la pauvreté de leur conditions et de leur situation.

J'ai vu d'ailleurs qu'elle était populaire chez les pro-mages de manière presque unanime, et vu comme détestable par une bonne  partie de pro-templiers, je n'en suis pas surpris. Perso, j'espère sincèrement qu'elle représentera pas le " bon templier du futur "... T___T

Pourquoi fallait-il qu'elle suive les mages dans la guerre ? Qu'en est-il de la divine et de faction progressiste ? Moi à sa place, en tant que templier, avec un esprit templier, si j'avais vu les mages loyaliste perdre le vote, j'aurais eu des réticences à rejoindre leur combat. In love ou pas. Mais elle ne se sent plus templier comme tu l'as pointé, donc j'imagine que c'est okay... ( Enfin pour moi elle n'en n'a jamais eu la carrure. )

Bref, ce livre m'a fait ressentir un flot d'émotions diverses. J'imagine que c'est une bonne chose.
Ajouter un commentaire
© 2017 - Powered by e-cms - Dragon Age™ trademarks are the property of EA and BioWare - Hébergé par NitroServ